19 Avril : Pour le progrès social, contre la casse sociale

Après la journée d’actions du 22 mars, qui a vu, à travers tout le pays, des dizaines de milliers de travailleurs, chômeurs, retraités et étudiants manifes­ter pour lutter contre les orientations politiques prises par le Président de la République et relayées par sa majorité parlementaire, la CGT appelle à faire, du 19 avril prochain, une journée de grève et manifestations ! Développer la convergence des luttes !

Cette destruction du socle social français est l’œuvre des gouvernements successifs, avec en guide suprême Emmanuel Macron. Pour sa part, le patronat, même s’il se fait discret, est aux manettes. D’un côté, il tient le stylo pour écrire les lois réformant le Code du travail et de l’autre, il s’acharne à casser le socle social conquis tout au long du XXe siècle par les luttes des salariés.

Concernant la métallurgie, l’UIMM a entrepris, il y a 18 mois, de remettre à plat tout le droit social de la branche, il y aura indéniablement un impact sur les salariés de THALES (voir au verso). Pour elle, les conventions collectives actuelles sont obsolètes, les accords nationaux comme celui régissant les classifications sont archaïques et ne correspondent plus aux réalités du monde du travail. Dès le début de cette négociation, la FTM-CGT n’a eu de cesse de porter à la connaissance des salariés de la métallurgie les enjeux et les positions respectives des différents protagonistes, tout comme elle a été porteuse de propositions cohérentes répondant aux évolutions actuelles, sur cha­cun des sujets. La FTM-CGT a également construit le rapport de forces nécessaire en organisant 5 temps forts d’actions tout au long des premiers mois de cette négociation. Celle-ci est loin d’être finie et se poursuivra durant l’année 2018. Il n’y a pas de temps à perdre pour empêcher ces reculs historiques que tente d’imposer l’UIMM. Au contraire, il faut, au nom de l’intérêt des travailleurs, exi­ger une Convention Collective Nationale de haut niveau, mais pas seulement.

La régression sociale qui s’opère sous nos yeux et qui prend comme justification l’adaptation à la réalité d’un monde qui bouge, n’est que l’illustration d’une lutte qui oppose capital contre travail, indépendamment de notre volonté. Mais la réalité est faite de contradiction, le progrès technique augmente considérablement la productivité par travailleur, mais seul le capital en récolte les fruits.

Tous ensembles !

Prenons conscience qu’à chaque fois qu’un secteur du salariat est attaqué et stigmatisé, c’est l’ensemble du salariat qui est visé. Affaiblir les travailleurs,  renforcer le capital dans sa quête de recherche du profit maximum, telle est leur devise à peine dissimulée. Si la digue des secteurs les plus combattifs cède alors la régression sociale pour les autres secteurs s’accentuera.

De ce fait, la lutte décidée par les Cheminots pour défendre le Service Public, leur travail et leur statut et notre lutte dans la Métallurgie pour défendre notre Convention Collective avancent dans le même sens. Ces luttes se renforcent l’une l’autre ; cependant, les salariés de la métallurgie dont les salariés de THALES en sont comme les Cheminots ne doivent rien lâcher sur leurs particularités revendicatives.

La meilleure des solidarités et de la construction d’une cause commune, est de lutter en partant des revendications décidées avec les salariés au plus près des réalités vécues sur le terrain et les étendre à un niveau supérieur. Toutes les couches et les catégories du salariat subissent cette régression qu’ils soient fonctionnaires (infirmiers, médecins, enseignants…) ou salariés du privé.

POUR LE PROGRÈS SOCIAL

LE 19 AVRIL, TOUS EN GRÈVE

MANIFESTATION

Rouen 10 h 30, Cours Clémenceau

Télécharger le tract : Manif_19_avril_18V2 Ymare

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *